Les nouveaux gouvernants européens : l’annonce d’un tournant politique pour l’Union européenne ?

© Frederic Köberl sur Unsplash

Par Anaïs Daumas le 24 septembre 2019

À la suite des élections européennes de mai 2019 au cours desquelles les citoyens ont élu les députés européens, les présidents des institutions de l’Union européenne ont été désignés. Lors de ses cinq ans à la présidence de la Commission européenne, Jean Claude Juncker a mené une politique libérale visant à faire de l’UE une puissance économique de premier plan sur la scène internationale. Il laisse désormais la place à l’allemande Ursula Von Der Leyen. Le 12 septembre 2019, Mme Van Der Leyen a dévoilé les 27 nouveaux commissaires, majoritairement issus du PPE (centre-droit), du parti socio-démocrate, et des libéraux centristes. Le portefeuille sur les affaires migratoires s’est vu renommé « protection du mode de vie européen », témoignant de l’influence des partis d’extrême droite.

Les élections des députés européens de mai 2019 montrent un recul des grands partis traditionnels et une poussée des partis eurosceptiques. Cette poussée reste toutefois relative, ces derniers ayant gagné une quinzaine de députés sur les 751 élus. La nouvelle configuration du Parlement européen va mener à la création de coalitions, les Verts ayant obtenu 70 sièges et les Libéraux 107.

Au premier abord, si les dirigeants européens changent, ils semblent vouloir conserver la politique européenne de leurs prédécesseurs. Ursula Van Der Leyen s’inscrit dans une logique libérale, se présentant en faveur de l’OTAN ainsi que d’une Union politique. La Commission s’est toujours montrée intégrationniste, un mouvement généralement freiné par les Etats membres, qui ne semblent pas aspirer à ce que l’UE se dirige vers un modèle fédéraliste.

« Notre politique économique doit aller de pair avec les droits sociaux, l’objectif de neutralité climatique de l’Europe et la compétitivité de l’industrie »

Ursula Von Der Leyen

Ressortent de ces nominations la forte présence du couple franco-allemand, au centre de la politique européenne depuis la création de la Communauté, alors que les pays de l’Est ne sont pas représentés à la tête des institutions. Bien que l’UE fût toujours concernée par la cause environnementale, inscrite dans les traités depuis les années 70, elle est devenue plus que jamais politique. Mme Von Der Leyen se veut partisane d’une économie de marché sociale et environnementale, se démarquant ainsi de son prédécesseur.