L’insécurité à Nantes : parallèle avec la situation à Prague

Photo par ahtcx sur Pixabay.

Par Elise Charrier 25 avril 2020

La ville de Nantes compte plus de 310.000 habitants. A Prague, il y a plus d’1.3 million d’habitants, soit environ 4 fois plus. Les nantais disposent de 3 lignes de tramway, 1 e-busway et de nombreuses lignes de bus. Les praguois, quant à eux, ont 3 lignes de métro, 22 lignes de tramways et des bus, dont 9 lignes en nocturne. 1214 kilomètres séparent ces deux villes à vol d’oiseau.

Alors pourquoi les comparer ?

Tout simplement parce que mon passage dans la capitale tchèque (Erasmus raccourci par le Coronavirus…) m’a particulièrement frappé concernant le sentiment de sécurité qui y règne. Outre les magnifiques vues et bâtiments qu’offre la ville de Prague, la sérénité que l’on ressent en se promenant dans ses rues à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, est agréable. C’est ainsi que je me suis demandée comment une des capitales de l’Europe centrale qui a pourtant une population plus importante que celle de Nantes parvient-elle à générer un sentiment de sécurité. En effet, les Nantais évoquent de plus en plus l’insécurité qui se propage dans la ville.

A Nantes, les vandalismes, les trafics de stupéfiants (et les règlements de compte que cela entraîne), les agressions, les harcèlements de rue… sont de plus en plus courants. Certains quartiers connaissent un important risque de criminalité, c’est le cas de Malakoff, de Bellevue, ou encore des Dervallières. 

A Prague, le risque majeur concerne ‘’seulement’’ les pickpockets. 

Copyright © 2009-2020 Numbeo sur www.numbeo.com (dernière visite le 30/04/2020). Traduit de l’anglais par © Google Translate.
Copyright © 2009-2020 Numbeo sur www.numbeo.com (dernière visite le 30/04/2020). Traduit de l’anglais par © Google Translate.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. 

Quelles sont alors les réponses apportées par chacune des municipalités ?

A Nantes, une quarantaine de caméras sont installées pour assurer la sécurité des habitants. Un Plan d’Action Sécurité a été mis en place en février 2018 pour permettre le déploiement de 28 policiers municipaux supplémentaires. L’actuelle maire de Nantes, Johanna Rolland, a déclaré dans une émission télévisée des Pays de la Loire, le 6 octobre 2019, qu’un budget municipal a été octroyé pour la sécurité à hauteur de 3.6 millions d’euros en investissement et 1.8 million d’euros en fonctionnement. Une Maison de la Tranquillité Publique a aussi été créé pour apporter conseils et aides aux nantais en cas de nuisances, conflits de voisinage…

La maire de Nantes dans l’émission France 3 Pays de la Loire du 28 novembre 2019 a affirmé que pour elle la lutte contre le trafic de drogues relève de la compétence de la police nationale. Elle demande alors l’intervention de l’Etat.  Elle prône les pistolets à impulsion électrique plutôt que les armes à feu pour les policiers municipaux. 

Nantes compte 115 policiers pour 310.000 habitants

Selon Laurence Garnier, candidate Les Républicains aux municipales, Nantes est dans les dernières villes parmi les grandes villes de France en nombre de policiers par habitant. En effet, la ville compte 115 policiers pour 310.000 habitants. Elle propose donc d’atteindre le nombre de 230 policiers en 3 ans. Si elle est élue, elle souhaite aussi assurer une présence policière 24h/24 qui disposera d’armes à feu. Elle envisage également la mise en place de 100 caméras supplémentaires. Elle veut créer une “relation constructive” avec l’Etat dans la lutte contre l’insécurité.

Johanna Rolland dans son projet de campagne a, quant à elle, proposé le déploiement de 70 policiers supplémentaires (ce qui conduirait à un total de 185 policiers). Elle souhaite mettre en place un plan de sécurité nocturne du Hangar à Bananes au centre-ville, les jeudis, vendredis et samedis. Il s’agirait de renforcer les moyens humains dans ce secteur. Elle envisage de créer une police des incivilités du quotidien qui pourrait intervenir dans l’espace public et dans les lieux publics comme les espaces verts (Jardin des plantes…). 

Cependant, le second tour des municipales n’a pas encore eu lieu et nous ne savons donc pas à l’heure actuelle qui sera élue maire. C’est pourquoi toutes les propositions de ces candidates en sont au stade de promesses, il reste à savoir si ces mesures vont être effectivement adoptées pour pallier l’insécurité nantaise. 

A Prague, les “rondes” des policiers sont régulières et le contrôle est important dans les lieux touristiques au château par exemple.

A Prague, les “rondes” des policiers sont régulières et le contrôle est important dans les lieux touristiques au château par exemple. La police municipale a pourtant seulement des pouvoirs de circulation et de stationnement mais les policiers sont dotés d’armes à feu.

Il y a environ 4.500 policiers municipaux. La police nationale s’occupe des arrestations, elle compte 6.278 agents. La mobilisation humaine est donc beaucoup plus importante à Prague qu’à Nantes (en comparant évidemment de manière proportionnelle à leur densité de population). 

1170 caméras sont implantées dans la ville. A Prague, il est possible de rentrer seule chez soi sans avoir peur de se faire agresser dans la rue ou dans les transports en commun. En effet, les transports en commun sont réguliers même la nuit et les rues mêmes les plus étroites sont éclairées ce qui permet de ne pas craindre de faire mauvaises rencontres…

Il est peut-être possible de se dire qu’un sentiment de sécurité entraîne la sécurité.

Tous ces facteurs suggèrent que les moyens matériels mis en œuvre aident à créer un sentiment de sécurité à Prague. Par ailleurs, je pense aussi que ce sentiment de sécurité est généré par la mentalité et la civilité des tchèques. Pour preuve j’ai pu constater que les tchèques n’hésitent pas à laisser la porte d’entrée de leur appartement ouverte sans crainte d’un éventuel cambriolage. Même si cela peut s’expliquer par le fait que le nombre de cambriolages soit moins important en République tchèque qu’en France, il est peut-être possible de se dire qu’un sentiment de sécurité entraîne la sécurité.

Cependant, l’insécurité à Nantes est bien réelle et ce, dans des lieux dispersés et il semble alors temps de déployer les moyens nécessaires comme le demande les électeurs.